Désactiver le clic droit, pour interdire la copie des images ou l'examen du code ?

C'est très facile, moyennant deux ou trois lignes de javascript que nous refusons de donner. Si on y tient, on pourra aisément les trouver un peu partout. Nous préférons expliquer pourquoi nous conseillons de ne pas utiliser ce genre de script.

C'est une précaution illusoire

La personne qui veut vraiment examiner votre code ou récupérer l'une de vos images ne se laissera pas arrêter longtemps par ce genre de script. Tout ce dont elle a besoin est l'adresse de la page ou de l'image.

Clic droit ou pas, en principe, tous les navigateurs ont un menu Afficher>Afficher la source qui donne accès au code de la page affichée. Mettre le site en cadres n'est qu'une manœuvre de retardement, car on a ainsi le code du frameset et donc l'adresse des pages dans les différents cadres, qu'on peut ensuite charger individuellement, puis examiner pour isoler l'adresse des images.

On peut compliquer la vie du visiteur curieux par diverses mesquineries en javascript, comme charger les pages dans des popups sans menu, ou bien avec des pages de cadre qui rechargent automatiquement la totalité du frameset. Dans ce cas, on prend le marteau-pilon : un petit tour dans les Préférences du navigateur pour interdire provisoirement l'exécution des scripts et on reprend la navigation dans le site jusqu'à l'affichage de la page désirée.

De manière plus expéditive, aucune «protection» d'image ne peut tenir contre une copie d'écran. Sur MacOS, le système permet même de ne copier que l'image convoitée (sur Windows, on copie généralement tout l'écran et il faut ensuite recourir à un logiciel graphique pour en extraire l'image).

Enfin, ces anti-clics ne fonctionnent jamais sur Mac, où il y a deux façons d'émuler le clic droit. La plupart des scripts n'en arrêtent aucune, quelques uns en arrêtent une (par exemple celui de notre ami Henry) et nous n'en avons jamais vu qui arrêtent les deux.

Il faut aussi prévoir le cas d'Explorer 6 : si on reste sur l'image, clic droit ou pas, il apparaît une «barre image» qui offre entre autres de copier l'image. On peut cependant inhiber cette fonction en rajoutant une ligne META spéciale dans le bloc HEAD :
<META HTTP-EQUIV="imagetoolbar" CONTENT="no">
Mais il n'y a rien d'équivalent pour les Mac...

Ça gêne la navigation

Le clic droit ouvre un menu contextuel qui ne se limite pas à la copie des images. Par exemple, pour ma part, face à un menu de navigation, j'aime bien à l'occasion ouvrir les liens dans une nouvelle fenêtre ; c'est cuit si on inhibe le clic droit.

Cette gêne risque d'irriter le visiteur et de le faire partir au moindre prétexte.

le chat de Jim Davies
Si vous tenez vraiment à faire de la peine aux pieds tendres sans gêner les «pros», opérez sans javascript, c'est possible. Essayez donc de copier l'image ci-contre, pour voir...

On obtient ce résultat avec un peu de CSS, en ouvrant un gif transparent par dessus l'image, gif auquel on donne un nom suggestif (attention, pas plus de 32 caractères à cause des Mac). Examinez notre code pour avoir toutes les explications. Evidemment, il suffit d'aller voir le code de la page pour savoir où chercher l'image, ce n'est une «protection» que contre les tout débutants.

Et surtout...

Et surtout, ça fait petit bras. Mesquin. On est tout fier d'aller briller sur le web sans risquer ses billes, du moins le croit-on. On empêche les braves gens de prendre une de vos images pour leur bonheur personnel (ça s'appelle la copie privée et ça n'a rien de répréhensible) sous prétexte que quelques gougnafiers pourraient bien s'en servir dans leur site ou dans une autre publication sans rien vous demander (ce qui est interdit). Ce faisant, on gêne les honnêtes gens qui aiment exploiter toutes les ressources de leur navigateur. Il y a effectivement un risque qu'on «emprunte» abusivement vos images quand vous les placez sur votre site — en quelque sorte c'est une rançon de la publicité que vous vous faites —, mais vous vous faites des illusions si vous croyez échapper au problème avec un anti-clic. Vous feriez mieux de vous renseigner un tantinet sur la législation sur les droits d'auteurs et d'en avertir les visiteurs. La plupart des «emprunteurs» agissent dans une ignorance naïve de ces droits, et le leur rappeler est une bonne chose.

Charles — Jean — Patrice